Pierre Jouille

Dénicheur de décors. Et plus encore.

Il est nourri de ses rencontres, de sa passion pour l’image et des quatre saisons dans sa région.

Je me rappelle

J’allais repérer pour un court-métrage. Le téléphone sonne. Je reconnais la voix de Gérard Jugnot. «Je suis à Oye et Pallet, me dit-il et j’erre de décor en décor. On m’a dit que vous pouviez m’aider. » Il cherchait une gare pour Monsieur Batignolle.» Illico, les deux hommes se retrouvent sur le quai, à Morteau. «Il a eu le coup de foudre. J’ai ensuite trouvé la maison que cherchait le décorateur.» Pierre Jouille a commencé à mettre le doigt dans l’engrenage du 7ème art avec Jean Chapot sur «Les Granges brûlées» en proposant la grange des Miroirs sur le Larmont à Pontarlier. «Il voulait une ferme isolée mais proche d’une ville, avec un fort enneigement.» A ce jour, la liste des films auxquels il a fourni des décors francs-comtois avoisine 90 longs et courts-métrages. Pour bon nombre de réalisateurs français et suisses, il est celui qui sait faire gagner du temps parce qu’il sait avec pertinence dénicher le bon cadre.

Né à Pontarlier,

il vit aujourd’hui à Pontarlier après un incroyable vécu de voyages, d’émotions et de rencontres. La Terre lui a livré quantité de vérités. De retour dans sa maison natale, il vient de créer l’association «Franche-Comté Cinéma» avec son complice jurassien, Bertrand Picault. Objectifs: remettre à jour les fichiers des comédiens et des techniciens du cinéma de Pôle Emploi pour les tournages régionaux et constituer un important fichier de décors de la région à destination des réalisateurs et producteurs. «J’ai croisé le chemin de personnes qui m’ont poussé à aller plus loin. Le père Steinacre pour la photo, Pierrot Bichet pour les repérages, Pierre Blondeau pour le cinéma, Haroun Tazieff pour le goût de l’effort et tant de gens du cinéma.» D’où cette volonté pour lui maintenant de transmettre. «Je suis un passeur. On a su me passer des informations et des savoirs. A moi de le faire». Et de citer cette phrase de Paul Eluard qui ne lui quitte pas la tête: «Dans la vie, il n’y a pas de hasard. Il n’y a que des rendez-vous».

Voir plus de Reportages »

Les commentaires sont fermés.