Ils en connaissent un sacré rayon

A l’Entrepôt du Bricolage à Doubs,

Rencontre avec ces hommes et ces femmes qui font du service une priorité.
Jean-Claude Piganiol

Jean-Claude Piganiol

Jean-Claude Piganiol 52 ans 6000 références en électricité et quincaillerie

A une immense tendresse pour ses deux chevaux

De la petite vis au radiateur en fonte active à 899 €, Jean-Claude Piganiol veille à l’ordre de ses rayons. Electricien à 20 ans puis plaquiste-peintre, il rejoint la petite équipe de Weldom à 40 ans et participe en 2004 à l’ouverture de l’Entrepôt du Bricolage. «Mes anciens métiers me sont précieux.» Jean-Claude sait donc de quoi il parle et, dans une activité où les normes sont légion, ses connaissances en électricité finissent par fidéliser particuliers comme gens du métier. Côté quincaillerie, les casiers pullulent et la visserie en vrac pourrait devenir un véritable casse-tête si elle n’était régulièrement passée en revue dès l’ouverture du magasin. «Il faut être très méticuleux et parfaitement organisé, c’est sûr, sinon on ne saurait plus où en est le stock sans compter que le désordre ici est inacceptable.» C’est principalement dans la diversité des tâches que Jean-Claude trouve sa motivation première avec en tête le goût du service. «Il n’est pas toujours évident de comprendre ce que recherche un client. Cela relève parfois de la devinette mais ce n’est pas désagréable, bien au contraire». Il se produit parfois de drôles de mimes dans les allées puis le client s’en va, satisfait, le bon produit dans le panier.Il est aidé à la vente par Guillaume et Pascal.

Karine Baverel

Karine Baverel 32 ans 5000 références en sanitaire et carrelage

Aime cuisiner et marcher en pleine nature

C’est un petit bout de bonne femme étonnant. «Les premiers jours ici ont été pour moi très déconcertants. Imaginez ce que peut donner 1,57 m parachuté entre ces racks de plus de 5 m de haut! Qui plus est, je venais du textile-sports.» Mais la motivation était là et Karine est vite devenue experte en sanitaire et en carrelage. Aucun des produits en rayon n’échappe à sa connaissance. «C’est à la fois une passion et une obligation car face à une clientèle constituée essentiellement d’hommes, je n’ai pas droit à l’erreur.» Elle reconnaît même avoir «la hargne» de la réponse. De la réponse juste et judicieuse, cela va de soi. Et de renseigner ce client sur le prix du cuivre en 12/14 tout en lui démontrant les performances du multicouche. Elle file ensuite présenter le carrelage dans toutes ses expressions de 4 € le m2 à 25 €. «Si les besoins sont très différents d’une personne à l’autre, précise t-elle, c’est toutefois la pierre de parement qui séduit le plus en ce moment.» Rien ne l’effraie, pas même la manipulation des palettes: «Il faut quand même savoir que 100 m2 pèsent de 1,5 T à 2 T et, ça, le client n’en a pas toujours conscience. D’où le prêt de la remorque de courtoisie ou la possibilité de louer une camionnette.» Elle est aidée à la vente par Farid, Jean-Pierre, Pascal et Xavier.

Gaël Guillemin

Gaël Guillemin 30 ans 3000 références en outillage et articles saisonniers

Est passionné par les voitures

C’est la saison des travaux extérieurs autrement dit le plein boum pour Gaël, «à savoir que le client ne vient jamais acheter directement un tracteur à tondre. Il est d’abord à la recherche d’informations et contrairement à ce que l’on pourrait penser, le prix n’est pas toujours prioritaire. Aussi j’écoute, je questionne et j’évalue les justes conditions d’utilisation de l’outil. En fait, ce qui me motive, c’est de faire des clients heureux.» Et de prendre l’exemple de la perceuse: pour dix trous dans l’année ou pour dix heures par jour De même pour le compresseur, le nettoyeur haute-pression, la raboteuse dégauchisseuse, la débroussailleuse… Il part du principe que rien ne sert de harceler la clientèle. «Par expérience, je sais que le vendeur doit intervenir au moment précis où le client quitte le produit des yeux et qu’il se met à regarder autour de lui». Plutôt confronté à une majorité d’hommes, Gaël note que «la clientèle est en train de se féminiser d’où des lignes de produits plus légers, plus compacts, de couleur rose.» Quant au SAV dont il a la responsabilité, il dit simplement: «Il faut parfois avoir les nerfs bien costauds. Le client peut être très contrarié. A moi d’apporter la solution à son problème et de lui redonner toute satisfaction.»Il est aidé à la vente par Amine, Malko, Richard et Xavier.

Karine

Karine 4000 références en peinture, décoration et éclairage

Aime faire de grandes ballades

De beaux yeux noirs et un sourire éclatant, Karine est reine au royaume des couleurs. «A force de conseils bien adaptés, on gagne la confiance des clients. On est même parfois invité à la maison.» Mais la longueur de ses rayons, la diversité de ses produits la retiennent fermement au magasin. De toute façon, c’est là qu’elle se sent à sa place. «Mon rôle n’est pas de pousser à la consommation mais bel et bien de donner les bons conseils jusqu’à freiner certaines ardeurs en peinture pour insister sur la réalisation de la bonne sous couche.» Elle accueille avec les mêmes égards le pro comme l’amateur «qui peut être un banquier qui fait sauter sa cravate, une femme qui se met à bricoler ou un retraité qui refait sa maison.» En tête d’un rayon, le must du must, sa grande fierté: la machine à teinter et ses 1’800 couleurs. «En fait, le scanner permet de composer de suite n’importe quelle nuance à partir d’un simple échantillon de tissu ou de morceau de papier.» Effets magiques et immédiats garantis.Après les pâtes à bois, cires, vernis, vitrificateurs, lasures et enduits, Karine se met à parler d’ampoule, colle, mastic, plâtre et tringle, avec la même aisance et sans quitter son sourire.Elle est aidée à la vente par Candy et Julien.

Didier Bole du Chomont 34 ans 3000 références en boiset rangement

Ski l’hiver, mer l’été et le foot avec son petit garçon

Le bois n’est pas une surprise pour lui: il était raboteur sur commande numérique avant de rejoindre l’Entrepôt du Bricolage dès 2004. Qui plus est, il a fait toutes ses études en menuiserie et agencement. Dans les allées matérialisées par des panneaux OSB, portes, dalles d’agglo, baguettes, parquets, Didier évolue comme un poisson dans l’eau, d’autant qu’il a vraiment mordu à la vente. Conseils et questions pleuvent: «Non monsieur, le produit phonique n’est pas compatible avec le béton, il absorbe trop l’humidité»… «Oui, on peut adapter cet escalier quart tournant mais il faudrait la hauteur sol à sol finie et les largeurs et longueurs des trémis»… «Surtout laissez bien un espace tout autour de la pièce quand vous poserez votre parquet.»… Echanges constructifs autour d’un plan griffonné sur une feuille et Didier propose cette fois d’optimiser l’espace pour l’aménagement d’une cuisine. «Mais il y a une chose qui me fait vibrer plus que tout, c’est de réaliser une grosse vente après avoir obtenu de mon fournisseur le meilleur prix à mon client.»L’espace-découpe jouxte les rayons: vaste pour faciliter les manœuvres, propre et hyper bien rangé, «encore une exigence de ma part», conclut-il.Il est aidé à la vente par Bruno, Pierre et Sébastien.

François-Xavier Descourvières, responsable du secteur «Bâti» et Benoît Gagelin, responsables du magasin.

L’Entrepôt du Bricolage
8 rue André Roz, 25301 Doubs Zone Hyper U
Tél. 03 81 39 96 96
www.e-brico.fr

Voir plus de Reportages »

Les commentaires sont fermés.